[Covid_19] Après le maroilles, les fruits et légumes, la viande et le poisson, focus sur les pommes de terre !

Pommes de terre des Hauts-de-France
Pommes de terre des Hauts-de-France
[Covid_19] Après le maroilles, les fruits et légumes, la viande et le poisson, focus sur les pommes de terre !
Soutenons nos producteurs et consommons local

SOUTENONS NOS PRODUCTEURS, MANGEONS DES FRITES !

La fermeture des restaurants et des cantines est un coup dur pour bon nombre de nos agriculteurs. Soutenons-les en consommant local ! Après le maroilles, les fruits et légumes de saison, la viande bovine et les produits de la mer, focus sur les pommes de terre.

Les Hauts-de-France sont LA région de la pomme de terre. 4,3 millions de tonnes de pommes de terre sont récoltées chaque année en Hauts-de-France, ce qui représente environ 2/3 de la totalité des pommes de terre cultivées en France. Les Hauts-de-France sont aussi la première région française de transformation de la pomme de terre en produisant 7 frites surgelées sur 10.

Des chaînes de production à l’arrêt

Avec la crise sanitaire liée au Covid-19 et la fermeture de la restauration hors domicile, c’est surtout la filière de la transformation de la pomme de terre qui souffre. “Une grande partie des usines qui transforment nos pommes de terre en frites surgelées sont installées dans la région, explique Martin Mascré, directeur de l’Union nationale des producteurs de pommes de terre. Dans ces usines, 70 % des chaînes de production sont destinées à la restauration collective ou rapide. Depuis la mi-mars, ces chaînes sont complètement à l’arrêt. Seules les chaînes destinées à la restauration à domicile, pour produire des purées ou des chips par exemple, fonctionnent. Et les producteurs se retrouvent ainsi avec des tonnes de pommes de terre sur les bras !”

80 000 tonnes pour l’élevage et la méthanisation

Autre aspect qui handicape nos producteurs : l’arrêt des exportations. “On livre autant de pommes de terre en France, qu’à l’étranger, souligne Martin Mascré. Les stocks sont pleins et nos producteurs se retrouvent avec des volumes d’invendus. On met en place des promotions sur le frais, des circuits courts, on essaye de trouver des alternatives. On a ainsi réussi à écouler 60 à 80 000 tonnes de pommes de terre invendues grâce à l’élevage et à la méthanisation. Mais cela n’absorbera pas le trop plein. Il faut que la restauration hors domicile et l’export au niveau européen reprennent vite !

En attendant, les producteurs essayent de réduire leurs surfaces de production. Et pour nous, consommateurs, comment aider nos producteurs ? “Achetez des frites surgelées ! Cela compensera toujours une partie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *